Publié dans Historique, Romance

La jeune fille sous l’olivier – Leah Fleming

41SvB-tRR2L._SX195_

Résumé : 

1938. Invitée à rejoindre sa soeur à Athènes, la jeune et fougueuse Penny voit dans ce voyage l’occasion de rompre avec le carcan de la bonne société anglaise et de prendre enfin son indépendance. C’est là, dans la riche cité antique, que son chemin croise celui de Bruce, un séduisant archéologue néo-zélandais. Et déjà la guerre gronde…

Penny se porte volontaire pour aider la Croix-Rouge en Crète et s’improvise infirmière. Mais comment tenir sans nouvelles de Bruce ? Comment protéger son amie Yolanda, jeune infirmière juive ? Et, surtout comment ne pas céder à cette fascination pour Rainer, ce haut gradé allemand que le hasard ne cesse de mettre sur sa route ?

Mon avis :

Quand ce livre a été proposé en lecture commune de Our PrettyBooks’ Club j’ai sauté sur l’occasion. Il faut dire qu’il me faisait de l’oeil depuis longtemps d’autant que j’avais lu le précédent roman de l’auteure qui m’avait bien plu. Et comme je suis partie en Grèce l’année dernière j’avais hâte de me plonger dans ce roman pour retrouver ces odeurs, ces ambiances méditerranéennes que j’ai tant aimé.

Penny est une jeune fille de la haute société anglaise qui rêve d’indépendance. Elle refuse cet avenir tout tracé  : être présenté au monde, se marier. Anticonformiste elle veut vivre sa vie comme elle l’entend en dépit des convenances. Alors quand sa soeur fraîchement mariée l’invite à la rejoindre en Grèce où elle vit avec son mari, l’occasion est trop belle pour cette passionnée d’archéologie. Mais la guerre éclate et contre toute attente Pénélope décide de rester aider les grecs et crétois. Elle devient infirmière à la croix rouge puis résistante.

Penny est vraiment une femme forte qui va se battre pour ses convictions. En avance sur son époque elle va lutter pour sa propre liberté mais aussi celle des autres. Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à elle. Je l’ai trouvé agaçante par moment, trop obstinée. Elle s’astreint à une vie de dévotion ce qui devient un peu lassant. Par contre, le destin de Yolanda, son amie juive, m’a beaucoup plus touchée. Ses réactions sont plus sensées même si elles sont dictées aussi par ses sentiments. Quant à Rainer cet officier allemand, j’ai appris à l’apprécier au fil du roman. Il est l’ennemi mais est il un monstre pour autant?

Si j’ai un petit reproche par contre à formuler c’est la lenteur du récit. Il y a beaucoup de descriptions qui parfois me semblent inutiles. Mais l’auteure a vraiment su transmettre ce climat de méfiance et de peur. On ne peut faire confiance à personne. Je suis vraiment passée par tous les états : la colère, la tristesse, la joie…  J’ai passé un très bon moment de lecture et je ne peux que recommander ce roman.

J’ai vraiment adoré découvrir cet aspect de l’Histoire avec un grand H qui est souvent méconnu.  

 bouquet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s