Les brumes de Key West – Vanessa Lafaye

Résumé :

1993. En plein jour, dans une rue bondée de Floride, une femme de quatre-vingt-seize ans abat froidement un membre du Ku Klux Klan.
1919. Bannie par les siens, Alicia Cortez, vingt-deux ans, quitte La Havane pour rejoindre l’Amérique et sa cousine Beatriz, tenancière du Pearl’s, l’une des maisons closes les plus fréquentées de Key West.

Avec son charme exotique, la belle Cubaine trouve rapidement sa place dans cet univers sensuel et secret. Aidée de John, vétéran tourmenté et propriétaire d’un bar voisin, Alicia va jusqu’à organiser la contrebande d’alcool, pour contrer les lois de la prohibition. Et leur amitié laisse bientôt place à une profonde attirance.
Mais la menace du Klan gronde dans l’archipel… Et le rapprochement entre une métisse à la réputation sulfureuse et un héros de guerre blanc ne passe pas inaperçu. Et ne saurait être toléré.
Dans les brumes de Key West, un drame se prépare…

Mon avis :

Pour tout vous avouer, au départ je n’avais pas prévu de lire ce livre malgré le book club. Je ne sais pas pourquoi il ne me tentait pas plus que cela. Et puis finalement un jour chez Gibert Jospeh, je l’ai regardé de plus près et acheté. Comme j’ai bien fait ! J’ai adoré ce roman qui fut une excellente lecture à laquelle je n’ai pas de reproches à faire.

1993, une vieille dame tue de sang froid un membre du Ku Klux Klan lors d’un rassemblement. Arrêtée immédiatement, elle n’oppose aucune résistance. C’est Alicia Cortez et l’auteure va nous raconter son histoire.
1919, la jeune Alicia bannie de La Havanc pour une raison inconnue au départ arrive à Key West chez sa cousine Beatriz. Seulement voilà, elle est métisse et à Key West les gens sont beaucoup moins ouverts d’esprits qu’à La Havane. Son arrivée et sa relation avec John Morales, un blanc, est vue d’un très mauvais œil. Ici les lois ségrégationnistes de Jim Crow sont en vigueur et le Ku Klux Klan commence à s’implanter.

Quel plaisir de découvrir la plume de Vanessa Lafaye (j’ai entendu parler de son 1er roman qui fait maintenant parti de ma wish-list mais je ne l’ai pas lu). Son style simple et accessible permet une lecture fluide, rapide mais surtout addictive. Je ne pensais pas finir ce roman aussi vite vu les thèmes profonds développés. L’auteure donne du rythme à son histoire avec l’alternance de point de vue.
Alicia, jeune métisse qui doit se battre pour se reconstruire, John, vétéran de guerre sans attache (avant de rencontrer Alicia) et Dwayne garçon de 14 ans prêt à tout pour rendre fier son père.
Avec eux nous allons êtres les témoins impuissants de la montée de la haine et de la violence gratuite. La tension monte petit à petit dans le roman, l’atmosphère est étouffante. L’étau se resserre sur nos 2 amants qui vivent cette passion interdite.

Plus les pages défilaient, plus j’avais la boule au ventre même si l’issue de cet amour dévorant semblait écrite. Jusqu’à la toute dernière page j’ai et la gorge nouée et j’ai eu les larmes aux yeux je dois l’avouer. Mais l’auteure ne tombe pas dans l’extrême et le pathétique. Les mots sont justes et choisis minutieusement, les émotions qu’ils m’ont procurés sont vraies et pas exagérées. C’est un roman fort et engagé qui relate une partie de l’histoire des Etats-Unis qui ne m’est pas familière. Il m’a bouleversé.

Les personnages sont attachants et attendrissants. John est courageux et un brin têtu mais se battra pour sa liberté. Alicia, posée et raisonnée, cache en réalité une force hors du commun. Elle restera digne en toute circonstance. Elle a tué un homme, oui, mais qui est le véritable monstre ?
Dwayne est le personnage le plus complexe et celui qui m’a le plus surprise. Sa naïveté et son désir de reconnaissance m’ont touchés. J’ai eu mal pour lui d’avoir un père comme cela.

Je pourrai parler de ce roman pendant des heures mais je vais m’arrêter là. Vous l’aurez compris j’ai adoré les personnages, l’intrigue et l’écriture. Cette lecture est loin de m’avoir laissé indifférente et je ne relève aucun défaut qui pourrait altérer mon jugement.


La force et la justesse de des mots de Vanessa Lafaye m’ont touchée en plein cœur. Un roman fort et puissant qui nous parle de la monstruosité de certains hommes mais aussi de la profonde humanité d’autres.

coup de coeur

8 commentaires sur “Les brumes de Key West – Vanessa Lafaye

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :