Les héritiers du fleuve, tome 1 : 1887 1914 – Louise Tremblayd’Essiambre

Résumé :

D’une rive à l’autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses. Nous voici au XIXe siècle, sur les rives du Saint-Laurent, là où le fleuve se mêle à la mer. Deux rives : celle du nord, aride, majestueuse, faite de falaises et de plages ; celle du sud, tout en vallons, en prés verdoyants et en terres fertiles. Des couples et leur famille : Alexandrine et Clovis, Albert et Victoire, Emma et Matthieu, ainsi que James O’Connor, Irlandais immigré, seul membre de sa famille ayant survécu à la traversée. Ces personnages plus grands que nature, plus vrais que la rudesse de l’hiver, plus émouvants que les larmes et les sourires qui se succèdent au rythme des marées, peuplent le premier tome des Héritiers du fleuve, une saga incomparable comme seule Louise Tremblay d’Essiambre sait en créer.

Mon avis :

Suite à de nombreux avis très positifs, c’est les yeux fermés que j’ai commencé cette lecture. Après un début très difficile, j’ai tout de même fini par apprécier ce roman.

Si vous cherchez un roman dynamique et rythmé, passez votre chemin ce livre n’est clairement pas fait pour vous.
Il s’agit d’un roman fleuve qui nous retrace le destin de 3 familles sur plusieurs décennies. Nous allons partager quelques moments de vie avec eux, leurs joies et leurs peines notamment. J’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire et ce à cause du manque évident d’action. Je lisais de façon automatique, les mots n’avaient pas vraiment d’emprise sur moi. Le langage parlé des dialogues m’a déstabilisée et gênée t et en plus je ne m’attachais pas aux personnages même si leurs destins ne me laissaient pas totalement indifférente. Autre point déconcertant, ce premier tome couvre une période de 27 ans en quelques centaines de pages, les ellipses temporelles sont donc très fréquentes de quoi me perdre un peu. D’une page à l’autre, 5 ans peuvent s’être écoulés comme un claquement de doigt…

En fait pour moi ce roman se scinde vraiment en 2 parties : la première moitié où j’ai eu tendance à m’ennuyer et la seconde que je ne pouvais plus lâcher. Parce que oui, j’ai fini par ressentir quelque chose pendant ma lecture. Les liens entre les différents personnages me sont enfin apparus clairement et leur histoire a finalement réussi à m’atteindre. Des personnages que je n’aimais pas ont su évoluer et montrer un visage plus sympathique. Personne n’est tout blanc ou tout noir, les caractères sont complexes et travaillés. Chacun est touchant à sa manière au bout du compte.

Cette seconde partie a su me captiver et m’émouvoir. Je ne comprend pas forcément où l’auteure veut nous emmener mais en toute honnêteté j’ai passé un bon moment. Je lirai la suite avec plaisir.


Cette histoire commence trop en douceur à mon gout et a manqué sérieusement d’action au départ. Mais après ma lecture je constate que s’il ne se dévore pas, il se savoure. Et si on lui donne sa chance, alors on ne le regrettera pas.

 

Pas mal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :