Le monde de Christina – Christina Beker Kline

Résumé :

Atteinte d’une forme de poliomyélite, Christina Olson vit recluse avec son frère, dans la ferme familiale du Maine.
Durant des générations, les Olson, marins venus d’Europe du Nord, ont sillonné la mer des Caraïbes à la recherche de trésors, aujourd’hui soigneusement entreposés dans une pièce de la ferme, devenue le sanctuaire de Christina.
Mais l’arrivée de nouveaux voisins, la pétillante Betsy et son fiancé, le jeune peintre Andrew Wyeth, va bouleverser le destin de Christina. Andrew se prend rapidement d’affection pour cette femme solitaire, à l’esprit vif et au corps brisé, dont les formes étonnantes ne manquent pas de l’inspirer. Installant son atelier dans le grenier des Olson, le jeune homme entreprend une toile qui marquera à jamais l’histoire de l’art américain : Le Monde de Christina.
Dans un roman fascinant et plein de tendresse, Christina Baker Kline livre la secrète histoire de Christina Olson, une célèbre muse qui, dans les années 1940, inspira à Andrew Wyeth son chef d’œuvre énigmatique et troublant.

Mon avis :

Je remercie Carine et les éditions Belfond pour cet envoi en vue du Book Club du 18 novembre. Ce livre m’attirait et me faisait peur à la fois parce que l’art est un milieu qui m’est totalement étranger. J’avais envie de sortir de ma zone de confort et le Cercle Belfond est une valeur sûre à mes yeux. J’ai eu raison de me lancer, j’ai adoré !

Mais d’abord j’aimerai revenir sur la 4ème de couverture qui est pour moi un peu mensongère. Ce livre va bien sûr traiter de cette amitié entre Andrew et Christina, le peintre et sa muse, mais l’élément central de l’histoire c’est Christina en elle-même. Grâce à de nombreux flash-backs, nous allons découvrir sa vie jusqu’à ce fameux tableau. Et je dois dire que j’ai été chamboulée par le courage de ce petit bout de femme. Parce que la vie ne lui fera pas de cadeau. Atteinte de poliomyélite, elle devra composer avec ce corps douloureux qui se paralyse peu à peu. Malgré toutes les difficultés, elle ne se laissera pas abattre  et refusera d’être définie par sa maladie. Elle ne se plaint pas et continue d’avancer. Je l’ai admiré pour sa détermination et sa force de caractère hors norme. C’est une héroïne qui me restera longtemps en mémoire. Elle refuse de se voir en victime mais sera constamment jugée.
La beauté de ce roman réside dans le fait qu’Andrew va être le premier à la voir réellement comme elle est et pour ce qu’elle est. Ce tableau n’en est que plus magnifique.

Nous passons beaucoup de temps avec sa famille et je dois avouer que certains passages m’intéressaient un peu moins même s’ils ont leur importance dans la construction de ce personnage. Lors de ces passages un peu plus lents, j’ai senti l’atmosphère rustique et un peu oppressante de cette ferme isolée et de ses habitants.

La plume de l’auteure est très agréable et le travail de recherche semble impressionnant. Il s’agit bien d’une œuvre de fiction inspirée de faits réels et j’ai aimé l’idée de partir d’un tableau pour construire l’intrigue. J’ai trouvé cela original et instructif pour moi qui ne connait absolument rien à l’art. Une très belle découverte donc !


Avec l’histoire tragique et émouvante de cette héroïne inoubliable, ce roman me hantera longtemps. L’auteure aborde le handicap de façon pudique et nous rappelle qu’il ne définit pas une personne.

 

Très bonne lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :