Le chant de nos filles – Deb Spera

Résumé :

1924, Caroline du Sud. Trois femmes à la croisée des chemins.
Alors que la région se remet encore de l’infestation de charançons qui a dévasté les plantations et l’économie, Gertrude, une mère de quatre enfants, doit prendre une décision immorale pour sauver ses filles de la famine et échapper à la mort aux mains d’un mari violent. Retta navigue dans un monde difficile en tant qu’esclave affranchie de première génération, toujours employée par les Coles qui ont autrefois été propriétaires de sa famille. Annie, la matriarche de la famille Coles, doit faire face à la terrible vérité qui a déchiré sa famille. Ces trois femmes n’ont apparemment rien en commun ; elles sont pourtant liées par les terribles injustices qui sévissent depuis longtemps dans leur petite ville et auxquelles elles décident de faire face.

img_20200122_110807_698456090855.jpg

Mon avis :

Je remercie les Éditions Charleston pour cet envoi. En commençant  ce nouveau roman, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. Je l’ai commencé sans attentes particulières et me suis laissée porter par les mots de l’auteure.

1924, Caroline du Sud. Nous allons suivre 3 femmes, Gertrude, Retta et Annie. Elles n’ont de prime abord rien en commun à part qu’elles ont décidé de prendre leurs destins en main.

Ce roman n’est pas une histoire gaie, c’est même plutôt l’inverse. Alors si vous êtes un peu déprimée, passez votre chemin. L’ambiance est sombre et pesante limite malsaine. Tout au long de ma lecture, je n’étais pas à l’aise. Quelque chose me dérangeait sans que j’arrive forcément à mettre le doigt dessus. Pourtant c’est un bon roman historique qui met en avant la mentalité du Sud à cette époque où le poids des traditions est très présent. Les conditions de vie sont difficiles et surtout pour les femmes qui doivent se faire une place et s’affirmer.

Dans ce roman, la parole est donnée à 3 femmes très différentes. La narration est donc originale puisque pour 2 d’entre elles c’est du langage parlé. Si au départ, c’est déstabilisant, j’ai finalement trouvé que c’était complètement adapté et cohérent. Nous suivons leur quotidien plus ou moins difficile sans savoir où l’auteure veut nous amener. Quelques indices m’ont cependant mis la puce à l’oreille et j’ai enfin compris pourquoi je me sentais aussi mal à l’aise.

Ce roman c’est d’abord le portrait de femmes fortes obligées de se battre chaque jour quelque soit leurs origines. Gertrude décide de tuer son mari pour sauver sa vie et celles de ses filles, Retta ancienne esclave est encore jugée sur sa couleur de peau, Annie la riche héritière blanche pourrait bien tomber de haut… La seule chose qui pourra les sauver est la solidarité. Ensemble elles sont plus fortes, ensemble elles pourront se battre pour la justice.

Si j’ai globalement apprécié j’ai trouvé que par moment ce roman était un peu trop contemplatif et lent. C’est dommage.


Un roman aussi original que dérangeant qui met à l’honneur 3 femmes fortes qui prennent leurs destins en main.

Pas mal

LC logo 2019

2 commentaires sur “Le chant de nos filles – Deb Spera

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :