L’ombre de Lear – Claire Holden Rothman

Résumé :

L’orage gronde, dans le ciel et les rues de Montréal, et la vie de Béa Rose n’échappera pas à la tempête. Béa a tout perdu. Son emploi, son compagnon, son logement. Mais la jeune femme rebondit, trouvant un emploi de régisseuse adjointe dans une troupe de théâtre itinérante.

Cependant, toutes ses certitudes vont s’envoler les unes après les autres… Le directeur artistique de la troupe, Arthur White, est un ami d’enfance qui fait ressurgir à ses dépens de douloureux souvenirs. Le comédien choisi pour jouer le rôle-titre du Roi Lear, Phil, est bien décidé à séduire Béa, malgré la présence de la metteur en scène, Mimi, son ex-femme. Et alors que la jeune femme commence tout juste à prendre ses marques, son père connaît de plus en plus d’absences et de d’errances. Sol, l’homme fier et déterminé, n’est plus que l’ombre de lui-même. Il y a aussi Cara, la petite soeur de Béa, la fille préférée de son père, dont la vie parfaite va voler en éclats… Les deux soeurs vont tout faire pour prendre soin de l’imprévisible Sol, mais l’état de santé du vieil homme dépasse rapidement ce que l’une et l’autre peuvent supporter. Les actes et les scènes s’enchaînent tant bien que mal. Le roi Lear, cette tragédie qui raconte l’histoire d’un homme qui doit choisir laquelle de ses filles mérite de monter sur le trône. Le roi Lear, qui va sombrer au fil des actes dans la folie, tout comme Sol…

Mon avis :

C’est plutôt confiante que j’ai commencé ce roman. J’avais hâte de découvrir le parallèle entre l’intrigue et la pièce de Shakespeare. Malheureusement, je ressors de cette lecture déçue pour plusieurs raisons.

La vie de Béa vole en éclats. En l’espace d’un instant elle a tout perdu : son mari, son travail, son appartement… A défaut d’autre chose, elle trouve un travail en tant que régisseuse adjointe dans une troupe de théâtre. Tout l’été, la troupe se produit dans les parcs. La pièce jouée ? Le roi Lear bien sûr !

Tout d’abord, commençons par le point positif de cette lecture : j’ai découvert l’histoire du roi Lear que je n’avais jamais eu l’occasion de lire. De ce point de vue là, j’ai trouvé tout de même que ce roman était enrichissant. L’immersion dans le monde du théâtre est totale et cela m’a plu également. Mais le problème majeur pour moi, c’est que justement la pièce de théâtre prenait une place trop importante dans l’intrigue qui s’en retrouve du coup complètement déséquilibrée. Les diverses descriptions scénaristiques cassent un rythme déjà assez lent.

Rajoutons à cela le parallèle entre l’histoire de Lear et l’histoire de Béa et vous comprendrez mon overdose. Trop c’est trop. Et ici clairement c’était le cas. D’autant que les thèmes abordés sont assez sombres : la démence, la perte, le deuil… Peut être n’était ce tout simplement pas le bon moment pour moi.

La plume de l’auteure, sans être transcendante, ne m’a pas pour autant déplu. Je l’ai juste trouvé trop peu entraînante. Et finalement je me suis ennuyée… C’est dommage d’autant plus que ce roman remporte un franc succès chez d’autres lecteurs. Ceci est donc mon avis personnel et donc complètement subjectif qui ne doit pas vous empêcher de le découvrir s’il vous tente.


Un rythme trop lent, une intrigue trop sombre, une déception pour moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :