L’été des fleurs sauvages – Kathryn Taylor

Résumé :

Quand deux amies d’enfance se retrouvent après s’être perdues de vue, bien des souvenirs resurgissent. Pas forcément les meilleurs… Mais quelle meilleure occasion que de faire enfin la paix avec soi-même ?
Zoé fait face à une décision difficile : une opération chirurgicale à haut risque peut lui sauver la vie.

Sur un coup de tête, elle décide de retourner à Penderak, station balnéaire des Cornouailles où elle a passé, adolescente, les plus beaux étés de son existence – et connu un drame.
Quatorze ans ont passé. Pour la trentenaire encore célibataire, il est temps de lever le voile sur le cauchemar qu’elle a vécu. Et de revoir Jack, qu’elle n’a cessé d’aimer. De s’imaginer vivre à ses côtés.
Mais les ombres du passé peuvent resurgir à tout moment…

Mon avis :

J’ai volontairement gardé cette lecture pour mes vacances d’été et j’ai eu raison. C’était la lecture idéale pour se détendre et passe un très agréable moment qui reprend tous les codes de la comédie romantique.

Apprenant qu’elle est malade, Zoé décide de retourner dans la station balnéaire de Cornouaille où elle a passé tous ses êtes étant jeune et où son frère a trouvé la mort il y a 14 ans. Arrivera t’elle à découvrir ce qui s’est réellement passé lors de cette tragique nuit ? Renouera t’elle avec Jack son amour de jeunesse ?

Vous cherchez une romance mignonne et soft ? Ne cherchez plus, ce livre est fait pour vous, surtout qu’il n’y a pas une mais deux romances ! Des histoires d’amour certes prévisibles mais très agréables. Ce roman est plein de bons sentiments et est réconfortant. Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, j’avais l’impression de les connaître et d’être un petit peu en famille.

La plume de l’autrice est très légère malgré des sujets parfois lourds évoqués mais c’est surtout la construction du roman qui le rend addictif. Nous oscillons régulierement entre Rose et Zoé, entre Londres et la Cornouailles. L’autrice joue avec nos nerfs, et change d’héroïne dès que la situation devient critique pour l’autre. Le rythme est entraînant, les pages défilent très voire trop vite.

J’avais néanmoins peur que l’autrice tombe dans la facilité avec la « maladie » de Zoé. J’avais peur qu’elle tombe dans le peu crédible, qu’elle minore les conséquences. J’ai été très agréablement surprise de constater que ce n’est pas le cas. Elle assume jusqu’au bout ce détail et je la remercie. Une belle lecture sans prise de tête et dépaysante. En finissant ce roman j’ai directement mis la saga « daringham hall » de cette autrice dans ma wish list, c’est dire.


Une double romance pleine de bons sentiments, une parenthèse enchantée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :