Comment te dire – Mélissa Bellevigne

Résumé :

Arthur Neil est un auteur anglais de romans à succès. Plutôt introverti, il passe le plus clair de son temps plongé dans la rédaction de ses manuscrits, et auprès de son meilleur ami, Philip, un amoureux de la vie à l’humour détonnant. Au détour d’une séance de dédicace à Genève, Arthur croise le regard d’Emily, qui le trouble profondément. Déboussolé, il observe la jeune femme disparaître dans la foule sans parvenir à la retenir.

Malgré la fugacité de l’instant, son souvenir s’inscrit de manière indélébile dans ses pensées. De retour en Angleterre, Arthur réalise qu’il est plus à l’aise entre les pages de son imaginaire que dans la vie réelle et sombre peu à peu dans la mélancolie. Encouragé par Phil, Arthur va pourtant tenter de retrouver Emily qu’il espère être la réponse à son vague-à-l’âme. Brisés par les secrets de leurs passés respectifs, Emily et Arthur vont alors tenter de panser leurs blessures tout en troquant leurs peines contre des joies nouvelles.

Mon avis :

Je ne connaissais absolument pas l’autrice en commençant ce roman mais le résumé me tentait énormément. C’est donc très curieuse que je l’ai commencé. J’ai passé un très agréable moment au côté d’Arthur, écrivain torturé et mélancolique.

Quand Arthur rencontre Emily, c’est le coup de foudre. Seulement il ne connait rien d’elle en dehors de son prénom. Des mois plus tard, elle est toujours dans ses pensées, il décide alors de la retrouver.

Le pitch de départ a tout de suite fait chavirer mon cœur de romantique. Une belle histoire d’amour m’attendait et je m’en réjouissais. Je pensais lire un roman léger, sans prise de tête et plein de bons sentiments. De ce point de vue là, j’ai été servie mais j’ai été surprise de voir que je ne pourrai pas le réduire qu’à cela. Ce n’est pas une histoire d’amour qui nous est contée ici, mais deux. Celle d’Arthur et Emily évidente, sincère et authentique et celle des parents d’Arthur plus sombre. C’est par lettres interposées que nous la découvrons. Sophie, la mère d’Arthur, a quitté sa famille invoquant son désir de liberté. Pourtant dès le départ, nous comprenons qu’elle cache un secret. Lequel ? J’ai aimé le rythme et le soupçon de mystère que cette correspondance apporte. Elle m’a tenue en haleine tout au long de ma lecture.

Entre Emily et Arthur, par contre c’est une évidence. Ils ont tous les deux un passé douloureux et trouve dans l’écriture ou la lecture un moyen de survivre et de panser leurs blessures. Ces deux écorchés de la vie sont faits pour s’entendre. Leur relation coule de source et c’est un bonheur de les voir timidement se rapprocher. Ce sont deux personnages terriblement attachants que j’ai adoré suivre. Leur duo fonctionne et transpire la sincérité. Ils m’ont beaucoup touchés. Mais sans la soeur et le meilleur ami d’Arthur, tout cela n’aurait pas été possible. Ce sont les instigateurs de ces retrouvailles improbables mais ce sont aussi eux qui apportent la touche de légèreté et d’humour dans ce roman rendant la mélancolie d’Arthur moins pesante.

La plume de l’autrice est fluide et entraînante pleine de poésie par moment. Plus qu’une histoire d’amour, elle nous livre une quête initiatique où Arthur et Emily vont devoir pardonner, se pardonner, se reconstruire pour avancer. Ce n’est pas un roman triste, c’est au contraire un roman lumineux plein d’espoir.

L’ambiance intimiste qui se dégage fait écho à la ville de Folkestone, théâtre de notre intrigue. J’ai aimé cette immersion au coeur de l’Angleterre qui semble chère à l’autrice. Une vraie réussite !


Un roman intimiste et authentique qui m’a beaucoup touchée.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :