La reine des ombres – Tricia Levenseller

Résumé :

D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser.
Enfin, le tuer et récuprer son royaume…
Personne ne connait l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disentqu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.

Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’emp.cher de mener son plan à la réussite.
Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

Mon avis :

J’étais très curieuse de découvrir cette première parution de la toute nouvelle collection Hugo Stardust, spécialisée en fantasy et paranormal Young Adult. La couverture est très jolie et le résumé est intriguant. J’avais tellement hâte de le découvrir qu’aussitôt reçu, je l’ai dévoré. J’ai passé un super moment avec cette héroïne au caractère bien trempé mais un détail m’a chiffonnée et m’a empêchée d’avoir un coup de cœur.

D’abord, courtiser le roi des Ombres, puis l’épouser. Enfin, le tuer et récupérer son royaume. Voilà le plan d’Alessandra.

Alessandra est une héroïne assez atypique. Elle a un objectif bien précis et peu moral mais ne s’en formalise absolument pas si bien que je me demandais comment j’allais pouvoir m’attacher à elle. Alors c’est sûr qu’elle est froide, calculatrice et manipulatrice mais elle a surtout beaucoup de choses à prouver et c’est cette vulnérabilité bien enfouie sous sa carapace qui est touchante. Négligée par son père, écrasée par une sœur trop parfaite, elle a du mal à trouver sa place au sein de cette famille. Elle est donc persuadée qu’accéder au pouvoir est son seul moyen d’exister. Son plan machiavélique semble simple : séduire le roi, l’épouser et le tuer. Simple et efficace, elle est persuadée d’arriver à ses fins… sauf qu’elle n »est pas la seule à vouloir la tête du roi. Jalousie et complots sont fréquents à la cour mais Alessandra a une capacité d’analyse hors paire et elle sait la mettre à profit à bon escient. Je dois dire qu’elle excelle dans le rôle d’intrigante. Comme c’est elle la narratrice, nous sommes dans sa tête et j’ai trouvé cela fascinant de voir à quel point elle est machiavélique. Tuer n’est qu’un détail, elle l’a d’ailleurs déjà fait sans être inquiétée et n’en ressent absolument aucun remord. Ce n’est clairement pas la culpabilité qui l’étouffe même si le mobile du crime était léger. C’est le modèle type de l’anti-héroïne et pourtant je l’ai adoré ! Je n’arrive pas à me l’expliquer mais il m’a été impossible de la détester ou de condamner ses actes. J’étais juste pressée de voir comment elle allait séduire ce roi si mystérieux.

La romance tient une place très importante dans l’intrigue. En même temps, c’est un peu le point de départ du plan d’Alessandra, elle doit séduire le roi. Mais comment va t’elle y parvenir ? Au départ, j’ai eu beaucoup de mal avec ce roi fuyant que je trouvais insipide, je lui préférai nettement son concurrent. Et puis, on apprend à le connaitre et à l’apprécier à sa juste valeur. Le vrai point positif de cette romance est l’impossibilité d’un amour physique. Car le roi a un secret : personne ne peut le toucher sinon il devient vulnérable et mortel. Avec sa tête qui est mise à prix, ce n’est pas vraiment le bon timing. L’attirance physique ne fait que croitre au fil des pages au point que cette relation platonique en devient douloureuse même pour nous lecteurs. L’autrice joue clairement avec nos nerfs et retarde le moment où nos deux protagonistes se toucheront ou s’embrasseront et je dois dire que ce fut une torture exquise de les voir se tourner autour sans solution. C’est affriolant mais on reste tout de même dans le young adult.

Le rythme de l’intrigue est très prenant, je me suis laissée prendre au jeu (de dupes) de la cour. C’est un roman riche en action et en rebondissement mais les évènements s’enchainent parfois trop vite sans réelle explication. L’autrice va droit au but sans s’encombrer de descriptions, mais ce parti pris est à double tranchant : c’est vrai qu’on a pas le temps de s’ennuyer mais j’aurai aimé en savoir plus. Et c’est là, le gros point négatif de ce roman à mes yeux : il manque cruellement de profondeur. Que ce soit l’univers ou les personnages et leurs interactions, rien n’est réellement creusé. Quand on lit de la fantasy, je pense que le contexte est primordial et ici cela fait clairement défaut. J’aurai aimé en savoir bien plus sur ce monde, sur la magie du roi, sur le passé d’Alessandra. Le monde inventé par l’autrice ne semble pas abouti, pas pensé jusqu’au bout. Il n’y a quasiment aucune description, alors forcément c’est agréable parce qu’on est au cœur de l’action, mais du coup l’immersion n’est pas totale. C’est le seul point négatif de cette lecture qui par ailleurs m’a beaucoup plu.


Une lecture riche en action et rebondissement, entraînante et addictive mais un peu superficielle…

2 commentaires sur “La reine des ombres – Tricia Levenseller

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :