Elianne – Judy Nunn

Résumé :

1881. « Big Jim » Durham crée pour Elianne Desmarais, sa jeune épouse française, la plus grande exploitation de cannes à sucre du sud du Queensland, et la nomme « Elianne » en son honneur. L’immense domaine devient une forteresse autosuffisante et abrite des centaines de travailleurs, mais « Elianne » et la famille Durham cachent de sombres secrets, qui vont refaire surface dans les années 1960. Pour Kate Durham et ses frères Neil et Alan, la liberté est le maître-mot de la décennie. Rock’n’roll, pilule, guerre du Vietnam, montée du féminisme, immigration asiatique et « Freedom Ride » unissent leurs forces pour ébranler les chaînes des valeurs traditionnelles. Les ouvriers quittent les grandes plantations, la mécanisation diminue le besoin de main-d’œuvre, et la famille Durham va être entraînée dans un engrenage malsain… Les secrets de famille vont ressurgir, et tout le monde n’en sortira pas indemne…

Mon avis :

L’année dernière je découvrais l’autrice avec Sous le ciel de Maralinga, un roman instructif et passionnant, j’étais donc ravie de renouveler l’expérience avec cette nouvelle parution Faubourg Marigny. Sans être un coup de coeur, ce fut tout de même une très bonne lecture. Chronique.

C’est une véritable fresque familiale que nous livre Judy Nunn, celle de la famille Durham. Big Jim, le grand père est le fondateur d’une plantation de canne à sucre. Par amour pour sa femme, il a donné son prénom au domaine tout entier : Elianne. Deux générations plus tard, l’amour de Jim et d’Elianne est devenue une légende, un mythe… Mais c’est pourtant une chimère. Kate, leur arrière petite fille va faire une découverte qui pourrait tout remettre en question. Dit comme cela, on peut penser que l’autrice va se contenter d’une histoire alternant passé et présent autour d’Elianne et de Kate. Pourtant on ne peut résumer ce roman à cela, et dès le premier chapitre Judy Nunn m’a pris dans ses filets. Même si je ne savais pas où elle voulait m’amener, je me suis pris de passion pour cette famille et son histoire hors du commun. L’intrigue est aboutie et regorge de petits détails qui peuvent nous paraître insignifiants mais qui ont leur importance. Au fil des pages, on voit se nouer une histoire bien plus complexe et bien plus sombre qu’annoncée. Le travail de recherche est conséquent, le roman fourmille de faits historiques véridiques, ce qui semble être la marque de fabrique de l’autrice. Elle a vraiment un style assez reconnaissable. Mais comme pour son précédent roman, j’ai trouvé qu’elle était parfois trop factuelle et trop technique et elle m’a parfois perdue en créant quelques longueurs.

Mais l’intrigue est si passionnante, riche et instructive qu’on lui pardonne volontiers. Quelle histoire quand on y réfléchit. De nombreux thèmes plus ou moins surprenants sont abordés, les rebondissements s’enchaînent, je défie quiconque de deviner quelle tournure ce roman va prendre. Je m’attendais à l’histoire de deux femmes, Elianne et Kate, c’est finalement l’histoire de toute une famille et de toute une plantation qui nous est contée. Elianne, c’est une plantation, mais c’est surtout un personnage à part entière, pour ne pas dire le personnage principal. Chaque protagoniste est finement analysé psychologiquement parlant et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils sont entiers. Certains sont sympathiques, d’autres nettement moins, certains sont attachants, d’autres pas du tout, mais ils apportent tous leur pierre à l’édifice et provoquent des émotions vives, positives ou négatives. C’est une lecture qui ne laisse pas indifférent, qui touche, qui interpelle.

J’ai été bluffée de voir à quel point chaque élément, chaque pièce du puzzle, s’imbrique à la perfection. Grace à sa galerie de personnages tous différents, l’autrice nous dresse le portrait d’une Australie divisée, fragilisée et dans la tourmente qui arrivera pourtant à se relever. L’ambiance générale du roman est assez sombre, malaisante par moment mais toute cette noirceur est balayée par le dénouement porteur d’espoir et de paix. Une très belle découverte.


Entre fiction historique, thriller et romance, un grand roman qui vous entraîne dans les sombres secrets de la famille Durham.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :