Le fleuve des souvenirs – José Maria Merino

Résumé :

« On raconte qu’un être humain met à peine plus de huit secondes à tomber amoureux, et tandis que tu regardais et que tu écoutais cette fille aux yeux brillants (…), tu sentis à son égard cette sympathie particulière, ce désir invincible de proximité que revêt l’amour lorsqu’il apparaît. »

En compagnie de son fils Silvio, Daniel parcourt l’Alto Tajo, un lieu légendaire où il prévoit de disperser les cendres de sa femme. Ce sont les mêmes lieux où cet homme et cette femme, dans leur prime jeunesse, ont partagé une forte passion amoureuse. Ce voyage imprévu va permettre à Daniel de se remémorer sa bouleversante histoire d’amour, de trahison et de regret.

Mon avis :

J’attendais cette parution Faubourg Marigny avec impatience, persuadée d’aimer ce roman. Je ne m’attendais absolument pas à une telle histoire, profondément ancrée dans la réalité et pourtant très spirituelle. Je ne m’attendais pas à une telle narration, à une telle humanité. Je ne m’attendais pas à ne pas aimer. Voilà c’est dit, même si je vois toute la beauté de ce texte, il ne m’a pas parlé, il n’a pas touché ma sensibilité. C’est clairement le genre de roman où soit on aime, soit on n’aime pas. Parce que c’est un texte percutant, original et particulier.

Cette originalité nous bouscule dès les premières pages. Qui est ce narrateur qui s’adresse directement à Daniel, un des personnages principaux ? L’emploi de cette deuxième personne du singulier est perturbante, dérangeante mais surtout intriguante. J’ai tout de suite eu envie de percer ce mystère et j’avoue que c’est ce qui a tout de même conditionné la suite de ma lecture que j’aurai abandonné sinon.

Ce roman est un voyage. Le voyage de Daniel et de son fils, pour disperser les cendres de leur femme et mère disparue. Le voyage d’un père et d’un fils que tout oppose, le voyage dans le temps d’un homme qui a perdu l’amour de sa vie et qui va remonter le fil de ses souvenirs au gré de l’eau. Le cadre est enchanteur au point qu’il en devient irréel et fantastique. Il y a une très grande quiétude qui se dégage, un sentiment de bien être et de nostalgie. Les souvenirs et le présent s’entremêlent sans que l’on sache réellement où l’auteur veut nous amener. C’est un roman profondément humain et dramatique qui nous parle de bonheur, de trahison, de pardon. J’ai parfois eu l’impression qu’il revêtait une dimension philosophique et onirique qui malheureusement m’a perdue. Les messages sont beaux, nécessaires et poétiques mais ne m’ont pas émue. Seul le dénouement a su briser mon coeur de glace. Je l’ai trouvé déchirant, puissant et bouleversant ! Dommage qu’il ait fallu autant de pages pour ressentir quelque chose. Parce que vous l’aurez compris, j’ai trouvé ce roman trop long et c’est là ma principale critique. Je me suis ennuyée et ce n’est jamais bon signe. Ainsi même si je reconnais à ce roman de grandes qualités, je n’ai pas aimé.

C’est néanmoins une belle leçon de vie qui mérite qu’on s’y attarde.


Un texte profondément humain et aux valeurs morales indéniables qui n’a pas su toucher ma sensibilité.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :