Le domaine de l’héritiere – Lucinda Riley

Résumé :

Gassin, sud de la France, printemps 1998.

Alors qu’elle a tout fait pour prendre ses distances avec ses origines aristocratiques, Émilie de La Martinières se retrouve seule héritière de l’imposant château familial en manque d’entretien : un cadeau empoisonné dont elle se serait bien passé. Et pourtant, de retour au domaine, elle est troublée par les souvenirs qui lui reviennent. Les volets bleu clair, les grands cyprès de part et d’autre de l’entrée, la cour qui embaume la lavande, les vignobles alentour… Tout la ramène à son enfance.

Mais Émilie comprend bientôt que ces vieilles pierres si familières cachent de nombreux secrets. Et quand elle découvre un recueil de poèmes écrit par sa tante Sophia dont la seule mention était proscrite dans sa jeunesse, Émilie met au jour la tragique histoire d’amour qui a bouleversé sa famille sous l’Occupation…

De la Provence au Yorkshire, Lucinda Riley nous offre une émouvante fresque multigénérationnelle à travers les destinées entremêlées de personnages pris dans les tourments de la guerre.

Mon avis :

Je n’avais jamais eu l’occasion de lire ce roman de Lucinda Riley, introuvable jusqu’à la toute récente réédition aux éditions Charleston. Sublime réédition au passage, parce que cette couverture est magnifique, un très bel écrin qui renferme une histoire bouleversante ! C’est même un coup de coeur pour moi, voici tout de suite pourquoi.

Emilie vient de perdre sa mère avec qui elle entretenait une relation conflictuelle. Elle devient alors l’unique héritière du patrimoine colossal des La Martinière, un rôle qui lui pèse. Heureusement elle rencontre Sebastian, prêt à la soutenir, prêt à la seconder, prêt à l’aimer. D’autant qu’Emilie va bientôt découvrir que sa famille lui a caché bien des secrets…

Quel roman ! Quelle histoire ! Lucinda Riley n’a décidément pas volé son titre de Reine du Roman Féminin. J’ai encore une fois été bluffée par son talent de conteuse et par sa maitrise parfaite de la double temporalité. Si certains traits de caractère paraissent grossis, si certaines ficelles paraissent un peu faciles, rien n’est laissé au hasard. Ainsi quand j’ai découvert la naïve et vulnérable Emilie et l’omniprésent Sebastian, j’ai pris peur. Elle est aussi influençable qu’il est louche et insistant. Cela nous saute aux yeux alors pourquoi ça ne saute pas aux siens ? Était-ce une maladresse de l’autrice que de nous dévoiler trop tôt son jeu ? Pas du tout, comme je le disais, rien n’est laissé au hasard. Rien. Ainsi plus nous voyons Emilie se bercer d’illusions et déchanter, plus nous nous attachons à elle, plus nous avons envie de la protéger. Sa reconstruction passera par des désillusions, des prises de conscience mais surtout une connaissance du passé. Et c’est là qu’entre en scène notre 2ème héroïne, Constance, que j’ai adoré dès les premiers instants. C’est une femme extrêmement courageuse, entrainée par les services secrets britanniques pendant la Seconde Guerre Mondiale. Par un concours de circonstance, elle ne deviendra jamais un membre actif de la résistance et de l’espionnage mais elle ne sera pas moins en danger. Son histoire entremêlée à celle des aïeux d’Emilie est captivante et haletante tant le climat ambiant est tendu et les rebondissements nombreux. Outre le fait que c’est une période historique que j’affectionne tout particulièrement, j’ai trouvé cette temporalité pleine de mystère et de secret, passionnante. Souvent dans ce genre de fiction historique et saga familiale, ma préférence va au passé. Ici le choix n’est pas si évident parce que j’ai trouvé le cheminement d’Emilie et l’énigme autour de Sebastian tout aussi intéressants. Le présent n’est pas seulement un prétexte à évoquer le passé et c’est ce qui a rendu ce roman si bouleversant.

C’est une histoire complexe et dramatique où il faut démêler les fils du passé pour assembler les morceaux et découvrir enfin la vérité. Et quand l’on pense la toucher du doigt, elle nous échappe parce que l’autrice a décidé de nous surprendre jusqu’au bout. Entre suspense et révélation, j’ai été subjuguée par cette lecture qui restera une de mes préférée de l’autrice.


Une fresque familiale aussi captivante que bouleversante.

Publicité

9 commentaires sur “Le domaine de l’héritiere – Lucinda Riley

Ajouter un commentaire

      1. Oh je ne suis pas d’accord, le roman feminin tel que je l’entends n’est absolument pas réservé aux femmes. Il met juste en scène des femmes fortes au destin en général extraordinaire. Il y a des hommes qui en lisent, ce n’est absolument pas connoté midinette 😉

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :