La dernière des Stanfield – Marc Lévy

Résumé :

Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil. Qu’auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi. Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis :

Quand je suis allée à la bibliothèque et que je suis tombée sur ce roman je me suis ds pourquoi pas. Un e lecture légère et sans prise de tête, ça fait du bien de temps en temps et Marc Lévy est une valeur sûre. Dire que j’ai adoré serait mentir. J’ai bien aimé sans plus, mon avis est très mitigé…

Nous rencontrons Eleanor-Rigby à un tournant de sa vie. Sa mère est morte récemment et elle reçoit un étrange courrier lui révélant que sa mère n’était pas ce qu’elle prétendait être et que 30 ans plus tôt elle avait commis un crime… L’idée de départ sans être très originale aurait pu me séduire, et même si l’intrigue est bien ficelée elle est trop prévisible. A aucun moment, je n’ai été étonnée et je dois avouer que j’étais à la limite de m’ennuyer… La plume simple et efficace de Marc Lévy n’aura pas suffi à créer un rythme haletant.

Mais le problème majeur que j’ai rencontré c’est que je n’ai pas réussi à m’identifier et m’attacher aux personnages. Eleanor-Rigby et George-Harrison (les noms m’ont fait bien rire) sont sympathiques mais ça s’arrête là. Les personnages secondaires, quant à eux, brillent par leur absence. Par contre j’ai aimé le frère de Eleanor Rigby, Michel plus travaillé. L’histoire de Sally-Anne et May est elle aussi plus intéressante et leurs motivations plus profondes (ou pas !).

Malheureusement, moi qui adore les romans chorales en général, je n’ai pas été convaincue par celui-ci que j’ai trouvé un peu fouillis. Il n’a déclenché chez moi aucune émotion, je suis restée extérieure à l’histoire.

Ma chronique peut paraitre très négative, elle est juste à la hauteur de ma déception. Je suis habituée à lire des sagas familiales plus abouties et émouvantes, c’est tout… Ce n’est définitivement pas le meilleur Marc Lévy et je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

 

1 rose

Un commentaire sur “La dernière des Stanfield – Marc Lévy

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :