Très chère Valentine – Adriana Trigiani

Résumé :

New York, 2007. De génération en génération, les Roncalli ont mis tout leur amour dans la confection d’exquises chaussures de mariage, façonnées dans les cuirs les plus tendres et les satins les plus chatoyants. Une passion qui a permis à la petite entreprise familiale de perdurer, en plein coeur d’un Manhattan envahi par les grandes enseignes. Aujourd’hui, c’est à Valentine qu’il revient de poursuivre cet héritage. Mais prise dans les tumultes de la vie new-yorkaise et son histoire d’amour compliquée avec un jeune chef cuisinier en vogue, l’inspiration lui manque. Et si un voyage en Italie sur les traces de son histoire familiale l’aidait à découvrir sa voix artistique ? Et peut-être beaucoup d’autres choses sur elle-même…

img_20190518_152422_176212608273.jpg

Mon avis :

Je découvre l’auteure avec ce roman, pourtant « Lucia, Lucia » également publié aux éditions Charleston traine dans ma PAL depuis de nombreuses années (l’occasion de l’en sortir peut-être ?). Ce qui m’a tout de suite charmée c’est la couverture. Je la trouve simple et raffinée… bref très attirante ! J’ai d’ailleurs commencé ce roman les yeux fermés sans connaitre le résumé et j’ai adoré ! Par contre, il est bon de savoir qu’il s’agit du 1er tome d’une trilogie et donc de le considérer comme tel…

Valentine et sa grand-mère de 80 ans, Théodora Angelini, fabriquent des chaussures de mariage uniques et artisanales. Leur atelier de Greenwich est une référence depuis 1903. Mais les temps sont durs et la tradition familiale pourrait bien s’éteindre… Valentine va tout faire pour sauver l’entreprise, lui donner un nouveau souffle même si ce ne sera pas au goût de tout le monde. Alfred, son frère ainé, voudrait que sa grand-mère vende et prennent une retraite bien méritée.

Valentine est spontanée, naturelle, entière. C’est une héroïne fraiche, pétillante, déterminée et drôle. Cependant elle est un peu perdue tant d’un point de vue professionnel que personnel. Elle se cherche. Artiste dans l’âme, elle se laisse porter et vit au jour le jour avec sa grand-mère. Sur le plan sentimental, c’est le calme plat depuis sa dernière rupture quelques années auparavant.
Pourtant quand l’avenir de l’entreprise est menacé, elle ne va pas hésiter à se battre. Son caractère passionné, insoupçonné au départ, va ressortir. La passion, voila ce qui ressort de ce roman. La passion des chaussures, des tissus, des matières, la passion dévorante de la création… la passion de la vie.

Mais Valentine n’est pas le seul personnage haut en couleur de ce roman. Toute la famille Roncalli l’est. C’est une famille italienne dans toute sa splendeur comme on peut se l’imaginer. Traditionnelle, avec des caractères forts mais un esprit de famille très affirmé quoique parfois surprenant. Les membres de cette famille sont atypiques, francs et nous offrent des moments embarrassants mais hilarants. Ils sont entiers et ont un tempérament de feu. Petite mention spéciale pour Grannie, la grand-mère que j’ai trouvé exceptionnelle. J’ai adoré le portrait dressé de cette famille italienne, certes un peu stéréotypée mais tellement méditerranéenne.

Mais l’Italie est présente de bien d’autres manières, par la gastronomie et la mode notamment. J’ai voyagé de bien des façons grâce aux saveurs qui se dégagent et aux descriptions précises d’Adriana Trigiani. Elle a su trouver les mots pour me captiver du début à la fin. Une chose à savoir sur moi est que j’adore les chaussures, j’en ai une quantité astronomique. Cette petite virée au cœur d’une fabrication artisanale m’a charmée, m’a conquise, m’a émerveillée. Du choix de la matière à la conception, j’ai aimé découvrir l’envers du décor.
La plume de l’auteure est fluide mais surtout visuelle et olfactive. C’est une réelle immersion dans le monde de la chaussure.

L’intrigue est prenante, réconfortante et inspirante. Le rythme est lent mais permet de s’imprégner au mieux de cette atmosphère chaleureuse. Les pages défilent toutes seules sans que l’on se pose de questions… la dolce vita à l’état pur !

Mais que serait une jolie italienne sans une belle histoire d’amour ? Si la romance est prévisible elle ne sera pas toute douce. Carrière ou amour ? Qui en sortira vainqueur ?

Comme je vous le disais, il s’agit du 1er tome d’une trilogie. Gardez cela à l’esprit pour ne pas être surpris ou déçu par le dénouement qui, s’il ne répond pas à toutes nos interrogations, délivre un beau message d’espoir…
Une excellente lecture !


Ce roman est une déclaration d’amour à l’Italie : à ses saveurs, à son savoir-faire, sa communauté… Il a fait appel à tous mes sens. Une lecture inspirante et dépaysante !

Excellente lecture

LC logo 2019

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :